Soeur Yvette ou le bonheur de créer de la joie

Pourquoi voulais je tant aller à Madagascar ? L’un de mes points d’intérêt : les enfants malgaches que je parraine avec Mirana. Et outre les grandes joies que je ressens quand l’un de « mes » petits se fait opéré, termine sa formation avec succès, obtient une bonne note, retrouve sa famille dans une petite maison, … cela m’a donné l’occasion de faire l’une des rencontres marquantes de ma vie

Soeur Yvette Jolivet

Appartenant à la congrégation des soeurs Jeanne Delanoue, elle coordonne les différentes actions pour Mirana sur le terrain.

Mais pour l’athée que je suis, le cœur n’a ni couleur ni age ni religion, et elle me le prouvera 😉

soeur yvette jolivetsoeur Yvette Jolivet : le sourire du bonheur

Elle est, avec son équipe, en contact direct avec la pauvreté. Et pourtant quel merveilleux sourire elle offre à ceux qui viennent la voir !

Elle a un charisme incroyable, mais je ne parle pas de charisme politique. Il lui est conféré par son coté très actif et pragmatique.

De plus elle est ouverte sur la modernité.

Et ce qui a été pour moi le plus beau, c’est au cours de la discussion sur l’opération de notre filleul – victime d’une otite non soignée dans son jeune age, il a les 2 tympans percés -, sur le problème de trouver un spécialiste, elle m’a répondu : « j’en connais un. Il a déjà travaillé pour nous sans rien demandé en échange. C’est un homme de cœur. Il est protestant et ca n’a aucune importance ». Rien à ajouter, non ?

Et je ne peux mieux la « servir qu’en vous donnant les coordonnées de l’association, car si vous nous rejoignez, vous pouvez vous dire que ce sont des vies sauvées et peut être connaitrez vous les joies simples et immenses qui ont été les miennes à Tananarive.

MiranaInstants d’émotion

Le 17 avril 2011, après l’habituelle queue pour la vérification des passeports, il n’est guère plus de 7 h quand nous récupérons nos bagages. Nous passons sans problème la douane après avoir annoncé que les sacs géants en vichy bleu qui occupent un des caddies contiennent des vêtements essentiellement enfants.

Aurélien et Bodo (prononcé Boudou), qui vont nous accompagner pendant le voyage, nous récupèrent et nous acheminent vers la sortie.

Et là INSTANTS D’ÉMOTION : notre mutuelle découverte avec sœur Yvette Jolivet et Nicolas, qui s’occupent ici des enfants que nous parrainons ; 14 années que j’attendais ce moment

Et quel bonheur que le sourire de la sœur quand elle découvre que le 2eme charriot surmonté de 4 énormes bagages lui est intégralement destiné ! J’ai éprouvé une telle joie de sa surprise que je m’en offre une autre en lui faisant cadeau des timbres que je lui apportais.

3 semaines plus tard, a la fin de notre périple, nous revenons voir la famille comme promis. Et plus fortes que les mots que je pourrais utiliser, les images que j’ai ramenées :

Sophie, Egyptiana et Avotriniaina

Sophie, Egyptiana et Avotriniaina

Quand Sophie est arrivé au centre, elle était malade, sans toit, abandonnée par son compagnon, enceinte et accompagnée de ses 2 enfants, Egyptiana et Hajanirina

Depuis elle a une petite maison propre et quelques appareils. Elle a été soignée. Elle a accouchée de ce magnifique petit mioche, Avotriniaina. Et elle a même trouvé les quelques petits emplois qui lui permettent de nourrir sa famille

Hajanirina très intimidé

Hajanirina très intimidé

 

 

Egyptiana suit un CAP pour faire de la couture
Hajanirina suit une scolarité normale et va mieux aussi, ce qui va lui permettre d’être opéré.

Il y eu un moment plus émouvant encore que les autres quand naturellement mon fils ainé a passé un bracelet d’argent qu’il avait au poignet a celui de Hajanirina, imité par mon plus jeune qui faisait cadeau du sien a Egyptiana. Nul besoin de  la langue qui les séparait !  Et s’en est suivie une super partie de cache cache à 4 dans le jardin de la petite maison des sœurs 😉

Et aujourd’hui ? Pour vous donner quelques nouvelles :

Hajanirina a opéré des oreilles et il est guéri.

le précieux cadeau

le précieux cadeau

Peu après notre départ, après avoir réfléchi avec la sœur sur le pécule confié – j’avais donné une somme de 70 euros pour équiper ma future petite couturière – la sœur et Egyptiana ont trouvé LA machine à double usage tant désirée. La machine est électrique, avec toutes options, identique à celles du Centre Technique où Egyptiana était formée mais étant aussi livrée avec manivelle manuelle, elle permet un travail en cas de panne de courant , ou pour un travail réalisé sur un marché. C’est une Singer.
Voila dans quels termes, la sœur m’a transmis les évènements :
« La joie et le merci de la très heureuse bénéficiaire d’autant qu’elle a 3 commandes de robes , garnies de broderies,  à livrer pour le 26 juin .

Egyptiana en pleine action

Egyptiana en pleine action

Quel bonheur que de créer de la joie  :  Je suis sauvée  , s’est écriée Egyptiana , avant de fondre en larmes , dites-le à mes parrain et marraine
Sophie a nettoyé et agrémenté l’habitation pour l’accueil du précieux cadeau parti enveloppé dans l’un de vos sacs, lequel sera le garde-tissu et fils ou autres accessoires de couture »

Egyptiana fait admirer son travail

Egyptiana fait admirer son travail

Egyptiana réalise bonnets de laine d’enfants, chaussons,robes en tissu.

Avec le petit salaire de ses réalisations, votre filleule s’est empressée d’acheter des baskets pour son petit frère.
Depuis, Egyptiana a terminé sa formation. Elle utilise souvent sa machine manuellement avec la manivelle par souci d’économie d’électricité. Et elle est repartie munie d’un métier et d’un outil de travail à Fianarantsoa ou elle a le reste de sa famille
Le parrainage est donc fini pour elle 😉

 

Avotriniaina est entré à l’école à Notre Dame du Rosaire en octobre 2013, prenant le parrainage laissé vacant par sa soeur

Rejoignez moi !

Mirana

Association Mirana
17, rue de Nantes, 85190, Beaulieu-sous-la-Roche
E-mail : assoc.mirana@free.fr
Site : http://mirana.est-ici.org/

Logo MiranaL’association Mirana « Enfants de lumière », par le parrainage, lutte sans relâche pour sortir de la misère des enfants et des familles malgaches avec :
  l’accompagnement de familles : « Les personnes soutenues viennent de la rue où elles survivent souvent avec moins d’un euro par jour. »
 la scolarisation des enfants : « Avec l’argent des parrains, Mirana paie les frais de scolarité et d’équipement de l’enfant scolarisé ainsi que le repas de midi. »
 ce sont également des actions en faveur de l’alimentation, de l’habitat, de la santé…

Les besoins sont immenses. Et pour plus de détails sur leurs actions

A propos de l'auteur  ⁄ Voyagerlemonde

Editeur du blog voyage Voyager le monde, Annie voyage a travers le monde depuis de nombreuses années et partage avec vous ses carnets et récits, conseils et astuces pour vus donner envie de voyager. Rejoignez-moi sur mon profil Google+